A Christmas Prince, The Royal Wedding : Netflix vous convie au mariage de l’année, notre critique


Netflix nous prépare pour les fêtes de Noël en nous offrant A Christmas Prince : The Royal Wedding ! Une plongée dans un mariage royal que l’on attendait depuis l’année dernière, celui du prince Richard d’Aldovie et d’Amber Moore, ancienne journaliste qui a su conquérir le cœur du futur roi. Des noces qui auraient dû être un moment de liesse collective si elles n’étaient pas entachées par la situation économique catastrophique du royaume que le personnage joué par Ben Lamb ne parvient pas à redresser malgré ses mesures particulièrement ambitieuses. Et ce n’est pas la seule menace qui pèse sur cette union ! La future reine interprétée par Rose McIver (iZombie) n’est plus si sûre de vouloir entrer dans la royauté, se sentant engoncée dans des règles protocolaires particulièrement rigides. 

A Christmas Prince, The Royal Wedding : Netflix vous convie au mariage de l'année, notre critique

A Christmas Prince : The Royal Wedding succède donc à la Princesse de Chicago, l’autre film de Noël de netflix où l’on voyait Vanessa Hudgens se transformer en princesse moderne avec néanmoins moins de fantaisie que le premier chapitre mis en ligne sur la plateforme de streaming à cette même époque en 2017. Moins de fantaisie et plus de stéréotypes notamment apportés par le personnage du père d’Amber, Rudy. Dans le premier opus, il était joué par Daniel Fathers et apparaissait comme un géniteur attentionné et sensible alors que dans cette sequel il est incarné par John Guerrasio et s’est transformé en poids mort allant jusqu’à soulever la reine dans ses bras pour la saluer. 

A Christmas Prince, The Royal Wedding : Netflix vous convie au mariage de l'année, notre critique

Pour autant, A Christmas Prince : The Royal Wedding est une jolie comédie qui cache, au-delà de ses apparences, également un message féministe – Amber refusant de simplement sourire pour les caméras et de mettre en veille son cerveau de journaliste – et de modernité quant au protocole parfois rigide s’appliquant à la royauté. Toute ressemblance avec des personnages existants seraient complètement voulue ! Reste que cette suite est portée de manière toujours aussi charmante par Rose McIver et que Ben Lamb campe à merveille le prince déchiré entre son cœur et ses obligations de futur roi. Et pour passer Noël, nous n’en demandions guère plus ! 





Source link