LOL, Le Grand Bain, Deux fils : portrait de Félix Moati, acteur qui s’essaie à la réalisation – Actus Ciné


À l’occasion de la sortie en salles ce mercredi de « Deux fils », retour sur le parcours du comédien Félix Moati qui signe son premier long-métrage en tant que réalisateur.

Quand le hasard fait bien les choses

Fils du réalisateur et journaliste Serge Moati, Félix Moati marche sur les traces de son père à l’âge de sept ans dans une de ses réalisations, le téléfilm Tendre Piège. Alors qu’il ne se destine pas à la comédie, il suit pourtant des cours de théâtre avec un ami dans le but de côtoyer des filles de leur âge. Son professeur l’inscrit sans le consulter au casting de LOL, comédie générationnelle de Lisa Azuelos. Séduit par l’ambiance d’un plateau, il prend goût à la comédie et se découvre une vocation.  

Jeune espoir

Il enchaîne dans un registre diamétralement opposé avec le film d’horreur Livide, du duo Maury et Bustillo à qui l’on doit le choc À l’intérieur. Mais c’est surtout son rôle dans la comédie politique Télé Gaucho de Michel Leclerc où il joue Victor, un passionné de cinéma qui s’engage dans une chaîne de télévision associative, qui le révèle auprès d’un public plus large. Une performance qui lui vaudra une nomination au César du Meilleur Jeune Espoir Masculin en 2013.

David Koskas
Dans LOL, entouré d’Emile Bertherat, Jeremy Kapone et Warren Guetta.

L’année suivante, il est à l’affiche de la comédie poétique Libre et assoupi , premier long-métrage de Benjamin Guedj, où il campe un colocataire plein de candeur. Pour l’occasion, le jeune homme décroche le Coup de cœur du jury au Festival international du film de comédie de l’Alpe d’Huez. Après trois seconds rôles dans Hippocrate, Gaby Baby Doll et Valentin Valentin, Félix Moati reçoit une seconde nomination au César du meilleur espoir pour À trois on y va, une comédie sur le triolisme où il donne la réplique à Anaïs Demoustier

Ses rôles prenant davantage d’ampleur, le jeune comédien incarne en 2017 le personnage principal de la comédie Cherchez la femme, un étudiant qui se déguise en femme voilée dans le but de continuer à voir sa petite amie dont le frère radicalisé s’oppose à cette relation. Cette même année, Félix Moati témoigne à nouveau de son goût pour les projets originaux en jouant un jeune homme qui se livre à une course folle en compagnie d’un adolescent attachant et teigneux dans Simon et Théodore, premier long métrage de Mikael Buch

Céline Nieszawer
À trois on y va, avec Sophie Verbeeck et Anaïs Demoustier.

Succès populaire et réalisation

Enfant d’une famille excentrique dans le fantaisiste et mélancolique Gaspard va au mariage, il rejoint ensuite l’équipe masculine de natation synchronisée du Grand Bain, comédie chorale de Gilles Lellouche qui remporte un franc succès public et critique. 

Trois ans après son court métrage Après Suzanne, présenté au Festival de Cannes 2016, Félix Moati passe à la réalisation de son premier long, Deux fils, concrétisant un désir qu’il nourrit depuis des années. Cette comédie douce-amère dresse le portrait de trois hommes d’âges différents. Il y dirige son comparse du Grand Bain, Benoît Poelvoorde, et son pote à la ville Vincent Lacoste, déjà héros de son court. Une comédie tendre, à la fois grave et légère, influencée par le cinéma de Woody Allen : « j’aime le mensonge que vend la comédie. Cela m’est très cher, car c’est une marque de délicatesse vis-à-vis des autres, c’est de la pudeur, de l’élégance morale et c’est un bel habit. On ne peut pas vivre sans se mentir ! C’est très allenien, et c’est aussi le principe de la psychanalyse ».

C’est sous la direction d’un autre Américain qu’on le verra bientôt : il est l’un des nombreux noms qui constituent le prestigieux casting de The French Dispatch, le nouveau film de Wes Anderson.

(Re)voir l’interview de Félix Moati au micro d’AlloCiné :

 



Source link