Braveheart sur Paris Première : retour sur la genèse mouvementée de cette fresque historique – Actus Ciné



A l’occasion de la diffusion de « Braveheart » ce soir sur Paris Première, retour sur la genèse mouvementée de cette fresque historique incontournable réalisée, interprétée et produite par Mel Gibson.


Braveheart de Mel Gibson

Avec Mel Gibson, Sophie Marceau, Patrick McGoohan

De quoi ça parle ? Evocation de la vie tumultueuse de William Wallace, héros et symbole de l’indépendance écossaise, qui à la fin du XIIIe siècle affronta les troupes du roi d’Angleterre Edward I qui venaient d’envahir son pays. 

Ecrit par Randall Wallace d’après le poème épique de l’auteur du 15ème siècle Harry l’Aveugle « The Actes and Deidis of the Illustre and Vallyeant Campioun Schir William Wallace », Braveheart est un projet qui a mis du temps à se matérialiser. Mel Gibson souhaitait produire le film via sa société Icon Production mais a eu beaucoup de mal à trouver d’autres investisseurs. La Warner s’est montrée intéressée, mais à condition que Gibson s’engage à faire un nouvel épisode de L’Arme fatale, chose que l’acteur avait refusé à ce moment, l’obligeant à dénicher d’autres fonds d’investissement…

Les choses se sont concrétisées lorsque la Paramont s’est associée à la Fox pour la distribution du film. Mais avant cette entente, comme le processus de pré-production de Braveheart s’étendait sur plusieurs mois, Gibson a dû faire une croix sur des rôles pour lesquels il était le premier choix, comme par exemple celui qu’a finalement tenu Bruce Willis dans Le Cinquième élément. Il avait également sollicité Terry Gilliam pour la mise en scène de Braveheart, ce que ce dernier n’a pas voulu faire… L’obligeant ainsi à réaliser le film lui-même. 

 

Notons par ailleurs que Gibson ne comptait pas jouer dans Braveheart lorsque le projet en était à ses prémices. La raison ? Le personnage de William Wallace avait, à l’époque des événements relatés dans le film, la vingtaine, alors que Gibson approchait de la quarantaine au moment de la pré-production. Ainsi, le célèbre rôle-titre de Mad Max souhaitait confier le personnage à un certain Jason Patric (Sleepers), mais la Paramount ne voulait pas investir sans la présence de Gibson à l’écran. C’est pour cette raison qu’il s’est par la suite décidé à incarner Wallace.

Au final, Braveheart a été conçu pour un budget de 76 millions de dollars et en a rapporté plus de 210 dans le monde grâce à sa sortie en salles. La réception critique a été encore meilleure puisqu’en dehors des cinq Oscars et autres récompenses, le film est encore aujourd’hui considéré comme culte grâce à ses scènes de batailles impressionnantes et à la prestation aussi sauvage qu’émouvante de Mel Gibson.

Voir les secrets de tournage de « Braveheart » 

 



Source link