L’Aventure, c’est l’aventure sur OCS Géants : comment est née la scène culte sur la plage… – Actus Ciné


L’Aventure, c’est l’aventure est diffusé ce soir sur OCS Géants, l’occasion de revenir sur une anecdote insolite autour du classique mis en scène par Claude Lelouch.


L’Aventure, c’est L’Aventure – Sortie le 4 mai 1972
De Claude Lelouch avec Lino VenturaJacques BrelCharles Denner

DE QUOI ÇA PARLE ?

Les banques n’étant plus d’un rapport assez lucratif, cinq truand décident de se recycler en enlevant des personnalités. Le premier sur la liste n’est autre que Johnny Hallyday.

D.R.
Lino Ventura

UN TOURNAGE MOUVEMENTÉE

L’Aventure, c’est L’Aventure, film culte mis en scène par Claude Lelouch en 1971, a connu un tournage absolument délirant où les improvisations les plus folles étaient de mise. Les 5 acteurs principaux, Lino Ventura, Aldo Maccione, Jacques Brel, Charles Gérard et Charles Dennier, étaient comme de grands enfants et ne cessaient de « s’amuser et se raconter des conneries »*, comme le confie Claude Lelouch.

C’est notamment lors du tournage de ce film que Ventura et Brel, qui ne se connaissaient pas, se lient d’une amitié très forte. Le cinéaste, adepte de la spontanéité, laisse cette bande de joyeux drilles s’en donner à coeur joie sur la plateau, improvisant à outrance. C’est de cette manière que va naître une des scènes les plus iconiques du long-métrage et qui restera dans toutes les mémoires, la fameuse séquence de la plage avec la démarche très « claaaasse » de nos 5 compères, coachés par l’italien Aldo Maccione.

Le tournage de cete scène s’est déroulé aux Antilles, à Antigua plus précisément.

D.R.
La fine équipe

«J’étais dans mon bungalow un dimanche. On ne tournait pas. J’ai aperçu les quatre filles de dos, de loin, qui regardaient la mer. Aldo Maccione passe sur la plage. Il était en plein repérage. Il est passé une fois, puis une deuxième fois. Il a accentué sa marche un petit peu, sans en faire des tonnes. Il voulait qu’on le remarque. Je suis parti dans un fou rire ! Et puis je suis allé le voir : « Alors, ça marche ? – Non, pas terrible ! ». C’est à ce moment-là que j’ai eu l’idée de tourner la scène », se remémore Claude Lelouch.

« J’ai réuni l’équipe et les acteurs. Mais Lino Ventura n’a pas suivi : « Tu me fais chier. C’est dimanche. Je me repose ! ». J’ai tergiversé : « Tu ne marches pas avec le groupe, mais tu peux te mettre au bout de la plage, pour les observer. Tu te marres de les voir faire les cons ». Il a dit d’accord. Mais dès qu’il a vu passer les quatre, il a éclaté de rire. C’était une scène que je ne pouvais pas lui expliquer. Il l’a vue sur pièce. Aldo savait ce que je voulais puisqu’il m’en avait donné l’idée. Charles Gérard faisait n’importe quoi. Charles Denner avait l’air d’un échassier et Jacques Brel déconnait. Quand Lino a vu ça, il est parti au quart de tour. C’est quelqu’un qui ne pouvait pas tourner ce qu’il ne comprenait pas… Il fallait le convaincre », explique le metteur scène.

D.R.
Jacques Brel

À noter que c’est sur ce tournage que Jacques Brel rencontrera Madly Bamy, sa dernière compagne : « Entre Jacques et elle, c’est le coup de foudre au premier regard. Ils ne se quittent plus. Naturellement, tout le monde croit à une histoire passagère. (…) À la façon qu’à Jacques, dans les jours suivants, de me parler d’elle, avec la retenue et la pudeur qui le caractérisent, je comprends cependant très vite que cette histoire est une grande histoire », se souvient le réalisateur.

LA MÉTHODE LELOUCH PAR LE CINÉASTE ET SES ACTEURS

 

*Propos recueillis dans Itinéraire d’un enfant très gâté de Claude Lelouch, publié chez Robert Laffont en 2000.



Source link