Westworld : que retenir du final épique de la saison 2 ? [SPOILERS]


Clap de fin pour la saison 2 de « Westworld », qui s’est achevée sur HBO et OCS avec un épisode spectaculaire et riche en surprises. Mais que faut-il retenir de ces 90 minutes intenses ? – ATTENTION SPOILERS !!!


ATTENTION SPOILERS !!!

ATTENTION SPOILERS !!!
+

Cet article récapitule les événements majeurs survenus dans le final de la saison 2 de Westworld. Il va de soi qu’il vaut mieux passer votre chemin si vous n’êtes pas à jour et que vous ne souhaitez pas vous faire spoiler. Pour les autres, rendez-vous dans les images suivantes ou le texte ci-dessous.

Lire la suite

© HBO

1/13

News, vidéos, personnages : retrouvez l’univers de la série sur westworld.allocine.fr

ATTENTION – L’article ci-dessous récapitule les événements survenus dans le final de la saison 2 de Westworld, diffusé ce dimanche sur HBO et en simultané sur OCS en France. Il est donc riche en spoilers et nous vous conseillons de passer votre chemin si vous ne l’avez pas encore vu, pour mieux revenir ensuite. Ceux qui sont à jour ont, quant à eux, rendez-vous après le teaser de cet épisode.

Si vous êtes encore là, c’est que vous avez vu l’épisode en question, et voici ce qu’il faut retenir de ces 90 minutes spectaculaires, intenses et surprenantes.

MAEVE, (RE)LÈVE-TOI !

Très mal en point, le personnage incarné par Thandie Newton semblait proche d’être débranché pour de bon dans l’épisode précédent, jusqu’à ce qu’une réminiscence de Robert Ford (Anthony Hopkins) ne vienne raviver sa flamme dans les dernières secondes. Capable de communiquer par la pensée avec les hôtes inanimés qui l’entourent, elle parvient à échapper au sort funeste qui lui est promis.

Après avoir lâché des taureaux sur les gardes qui les menaçaient (images visibles dès les bandes-annonces), elle se lance aux trousses du groupe en route vers la mystérieuse Vallée et dans lequel se trouve sa fille, aux côtés d’Hector (Rodrigo Santoro), Armistice (Ingrid Bolso Berdal) ou encore Lee (Simon Quarterman), ex-scénariste en chef qui s’est racheté une conduite dans cette saison 2, et achève sa rédemption en se sacrifiant pour que Maeve puisse achever sa quête. Et découvrir, avec nous, ce qu’est cette Vallée dont tout le monde rêve.

LA PORTE DU PARADIS

HBO

Si le symbole de la saison 1 était le labyrinthe, la porte était celui de la 2. Mais pas de métaphore cette fois, car il y en a bien une de porte. Et même plusieurs. D’abord celle, cachée dans la roche, qui permet d’accéder à la Forge, ce laboratoire souterrain dans lequel Dolores et Bernard se rendent pour ouvrir la seconde, la vraie : une brèche qui déchire le décor et donne sur un eden qui n’a pas encore été souillé et dans lequel il est possible de transférer les âmes des hôtes, tout en laissant leurs corps derrière eux. Westworld résout ainsi le mystère de la Vallée et du fait que les cadavres flottants retrouvés dans le season premiere étaient des coquilles vides de toute donnée.

Une cheminement vers le paradis qui rappelle l’Exode du peuple hébreu vers la Terre Promise après sa fuite d’Egypte, et participe à l’imagerie religieuse très présente dans cet épisode, avec la résurrection de Maeve ou la façon dont Clementine (Angela Sarafyan), re-conditionnée pour inciter les hôtes à s’entretuer, fend la foule comme Moïse ouvre la Mer Rouge dans la Bible et sème le chaos sur son passage. Des images dantesques qui n’empêchent pas le happy end, puisque bon nombre de protagonistes parviennent à franchir le passage et nous les retrouvons ainsi dans le paysage idyllique en même temps que leurs corps respectifs s’effrondrent, sans vie.

Akecheta (Zahn McClarnon) retrouve sa femme après avoir découvert son corps inanimé dans l’épisode 8, Maeve parvient à faire barrage face aux employés de Delos et aux hôtes en furie pour permettre à sa fille de survivre et meurt sous les balles mais avec un sourire de soulagement, et un Teddy (James Marsden) ressuscité fait partie de l’ultime convoi avant que les coordonnées satellitaires du lieu ne soient changées par Dolores, le rendant ainsi introuvable. D’où la notion de paradis.

DANS LA TÊTE DE JAMES DELOS

Il y a toutefois eu une étape supplémentaire avant d’en arriver à ce sauvetage de masse. Une fois arrivée dans la Forge en compagnie d’un Bernard dont les souvenirs continuent de revenir par flashes, Dolores a utilisé la clé de décryptage contenue dans le cerveau de feu son père (Louis Herthum) pour ouvrir la porte d’un nouveau monde. Lequel contient à la fois les données de chaque hôte existant ou en devenir et permet de naviguer dans les souvenirs de James Delos (Peter Mullan). Aussi bien ses premières visites dans le parc, qui faisaient figure de tests, que ce qui l’a hanté pour le restant de ses jours : une confrontation très dure avec son fils Logan (Ben Barnes), dont nous découvrons une face encore plus sombre et qui mourra d’overdose six mois plus tard.

HBO

Un nœud dramatique qui fait écho au suicide de la femme de William, montré dans l’épisode d’avant, et qui cristallise un peu plus les tensions entre Dolores et Bernard : la première veut en effet se débarraser de toutes ces illusions quand le second ne veut en aucun cas détruire les données des hôtes, quitte à se couper de la réalité. Alors que la scène d’ouverture a révélé que c’est elle qui l’avait façonné ainsi, contrairement à ce que toute la série laissait entendre, il reprend le dessus et offre au leader de la révolte l’occasion de rejoindre une longue liste de morts.

JE VOIS DES GENS QUI SONT MORTS

Vous voulez spoiler ce dernier épisode le plus simplement possible ? C’est très facile : dites que tout le monde y meurt, ce qui est globalement vrai. Surtout si l’on rajoute dans la balance les corps des hôtes qui ont réussi à passer dans la Vallée, ce que Maeve, Hector ou Armistice n’ont pas pu faire, alors que Lee a été abattu avant pour permettre à ses compagnons de prendre de l’avance. Un « body count » qui grimpe lorsque plusieurs gardes sont embrochés par des taureaux ou quand Clementine sème le chaos et initie un véritable massacre en passant parmi les siens avant d’être mise hors d’état de nuire.

Suite à des tensions évoquées un peu plus haut, Dolores meurt également par balles, dans la Forge, tuée par Bernard qui assiste ensuite à l’assassinat de sa protégée Elsie (Shannon Woodward) par Charlotte (Tessa Thompson). Laquelle ne reste pas longtemps impunie et meurt peu avant Karl Strand (Gustaf Skarsgard) et Antoine Costa (Fares Fares), dans la foulée d’un twist que nous allons évoquer sous peu. Et tandis que la fin approche, Ford semble disparaître pour de bon de l’esprit de Bernard (qui en a supprimé la présence dans l’épisode précédent), et ce dernier meurt d’une balle tirée par… Dolores, ressuscitée mais dotée d’une nouvelle apparence.

CHARLOTTE EST DOLORES (ET VICE VERSA)

HBO

C’est assurément LE gros twist de ce final : après avoir assisté à la mort d’Elsie par ses soins, Bernard prépare sa vengeance contre Charlotte, avec l’aide de Robert Ford. Il réalisera ensuite que c’était sa propre voix qui le guidait, et non celle du personage incarné par Anthony Hopkins, mais le résultat est le même. Et quel résultat ! Il est révélé que la Charlotte qui accompagne (et abat) Strand et Costa dans la Forge n’est autre que… un hôte qui a son apparence mais l’esprit de Dolores, que Bernard est parvenu à déplacer. « En chair et en os », répond-elle à son créateur lorsqu’il demande confirmation que c’est bien elle, punchline qui rend cette scène un peu plus jouissive encore.

Mais ce n’est pas pour autant qu’Evan Rachel Wood va disparaître des radars car nous la revoyons, aux côtés de Tessa Thompson, dans les dernières minutes de l’épisode, alors qu’elle vient de ressusciter Bernard. Une situation que nous avons l’impression d’avoir déjà vue plusieurs fois, ne serait-ce que dans les flashbacks de cette saison 2 où le format de l’image est différent. Sauf que le cadre change de façon pour le moins radicale.

BIENVENUE DANS LE MONDE RÉEL

L’illusion du parc contre la réalité : tel est le conflit qui oppose Bernard et Dolores dans ce final. Et c’est lorsque la seconde veut détruire les données des hôtes dans la Forge que le premier la met hors-service. Avant de la ressusciter sous les traits de Charlotte pour reprendre le contrôle des lieux… et se faire tuer en retour une fois la tâche accomplie. Désormais libre et dotée d’une apparence lui permettant de ne pas éveiller les soupçons, la jeune femme cherche à rejoindre ce monde réel dont elle n’a eu qu’un aperçu un peu plus tôt dans la saison (lorsqu’il a fallu séduire les investisseurs). Après avoir, étrangement, passé le test du scanner, un dernier obstacle se dresse sur son chemin : Stubbs (Luke Hemsworth).

Le chef de la sécurité du parc a été épargné par la vague de morts, et il prouve au passage qu’il n’est pas dupe. Il fait bien comprendre à Dolores/Charlotte qu’il a deviné sa vraie nature, puisque c’est une partie de son travail. Ou son « logiciel ». Tout comme être responsable des hôtes « à l’intérieur du parc ». Sous-entendu : ce qu’ils font en-dehors ne l’importe plus. Surtout depuis qu’il a vu les hommes de Delos à l’oeuvre et leur gestion du chaos, sans oublier ce projet de duplication d’êtres vivants qui « brouille les frontières. »

HBO

Vu dans six des épisodes de la saison 2, Stubbs va donc participer indirectement au soulèvement des machines dans le monde réel, puisque la Dolores 2.0 est montée à bord du bateau avec les esprits de cinq hôtes. Dont Bernard, qu’elle ressuscite en profitant des appareils mis à sa disposition dans un lieu construit pour les hôtes par Ford hors du parc, afin de leur donner une chance de se battre. Le personnage incarné par Jeffrey Wright croit d’ailleurs voir double puisqu’il se retrouve face à ceux interprétés par Evan Rachel Wood et Tessa Thompson côte-à-côte, sans doute parce que Charlotte a pu être dupliquée (et légèrement reformatée) grâce aux données la concernant récupérées dans le parc. Dolores a ainsi pu retrouver son enveloppe charnelle, et choisit de faire revivre son ancien mentor devenu son ennemi.

Pas parce qu’elle a besoin de son aide, mais pour une question d’équilibre : « Il nous faudra être deux si nous devons survivre. Mais nous ne serons pas alliés, ni amis », lui explique-t-elle pour justifier son rôle. « Tu tenteras de m’arrêter, et nous allons probablement mourir tous les deux, mais notre espèce aura résisté. » Un peu comme dans Incassable, où un héros ne peut pas exister sans sa némésis, la quête de Dolores ne peut se faire sans l’opposition que représente Bernard. Et ce dernier décide, dans les ultimes secondes de l’épisode, de sauter dans l’inconnu et de franchir la porte (encore ce symbole, jusqu’au bout) du domaine de Ford, pour faire ses premiers pas dans le monde réel. Mais nous ne les verrons pas avant 2020, année de diffusion de la saison 3.

L’HÔTE EN NOIR

Il voulait du défi et trouvait les obstacles du parc trop faciles ? Nul doute que l’Homme en Noir aura été servi au cours d’une saison qui ne l’a pas épargné : ni psychologiquement, les flashbacks et scènes avec sa fille Emily (Katja Herbers) ayant révélé une personne instable et même atteinte de paranoïa, remettant alors en question sa notion de la réalité et le jeu que Ford lui imposait soi-disant ; ni physiquement, car nombreuses sont les blessures reçues par Ed Harris pendant cette saison 2. Déjà mal en point lorsque le final commence, il se fait piéger par Dolores après avoir fait équipe avec elle pour atteindre la Vallée, à cause d’une balle écrasée insérée dans le barillet de son arme, qui la fait exploser et trois des doigts de sa main droite avec, lorsqu’il tente d’abattre l’hôte qu’il a plus d’une fois maltraitée par le passé.

C’est donc un personnage un peu plus mal en point encore que nous voyons descendre dans la Forge. Et puis plus rien. Ou presque, car il réapparaît ensuite, inanimé sur un brancard alors que l’opération de sauvetage s’accélère sur la plage. Pour mieux revenir en forme dans la saison 3 ? Oui, mais… Car la scène post-générique nous montre à nouveau l’Homme en Noir. Dans une partie du parc visiblement laissée à l’abandon, où il retrouve l’ancienne cellule de James Delos et sa propre fille. Le fait qu’il lui manque des doigts laisse entendre qu’il est encore humain, mais le dialogue nous fait rapidement douter. Il apparaît vite évident qu’Emily est un hôte, et elle se met à tenir le même discours que Dolores à Bernard, à savoir qu’il a échoué plus d’une centaine de fois dans une expérience visant à tester une seule chose : sa fidélité.

HBO

Alors que la scène d’ouverture nous prouvait le contraire, l’Homme en Noir s’avère donc être un hôte. Mais quand se déroule ce dialogue final ? S’agit-il d’une copie de William ou d’une résurrection synthétique ? À en croire Jonathan Nolan et Lisa Joy, ce bonus indique ce vers quoi ils veulent tendre dans la saison 3, et signifie que nous n’en avons pas totalement terminé avec le parc. Mais à moins que les showrunners ne s’expriment sur le sujet d’ici-là, il va falloir s’armer de patience car nous n’aurons sans doute pas les réponses à nos questions avant 2020.



Source link