Baron Noir sur Canal+ : ce qui vous attend dans la saison 3 – News Séries à la TV


La saison 3 de Baron Noir débute ce lundi 10 février sur Canal+ après deux ans d’attente. Kad Merad reprend son rôle de conseiller politique qui se rêve désormais à l’Élysée. Découvrez que ce qui vous attend dans ces nouveaux épisodes.

Jean Claude Lother / KWAI / CANAL+

Deux ans après la deuxième saison de Baron Noir, la série politique de Canal+ est de retour pour huit nouveaux épisodes de 52 minutes. Alors que l’avènement d’un nouveau monde était annoncé, Philippe Rickwaert, incarné par Kad Merad, va une nouvelle fois mettre un coup de pied dans la fourmilière politique en se présentant aux élections présidentielles. Malgré ses casseroles judiciaires, le Baron Noir compte bien accéder à l’Élysée.

LA SORTIE DE L’OMBRE

Cette troisième saison est le temps de la rédemption et de l’ascension pour Philippe Rickwaert, un personnage que Kad Merad prend plaisir à retrouver. Pour l’acteur, il est facile de se remettre dans le peau de ce personnage : « C’est un costume. On a un temps de préparation, on se remet petit à petit dans le bain. On fait des lectures, on se retrouve avec les acteurs. Il y a un temps d’adaptation avant la première prise de vue. Après ça va vite. Je suis très impatient à chaque fois ».

Si Rickwaert est un excellent conspirationniste, il est aussi un orateur hors pair avec un sens du phrasé brillant. Derrière ses fulgurances de langage, on retrouve l’écriture de qualité du scénariste Eric Benzekri qui travaille beaucoup avec Kad pour trouver le meilleur rythme possible lors des longues tirades Rickwaert : « Je m’inspire de son phrasé dans la vie pour qu’il soit à l’aise et je m’adapte. Sinon ça peut vite devenir indigeste quand on utilise un vocabulaire aussi poussé ».

Jean Claude Lother / KWAI / CANAL+

Un travail qui permet à Kad Merad d’exceller lors de ses nombreuses joutes verbales face à ses adversaires. Les scènes de débat et d’argumentation font d’ailleurs partie des moments préférés de l’acteur : « J’adore cette ambiance de débats, les plateaux télévisés, cette tension. C’est un vrai kiff d’acteur. Et puis il y a un beau travail de mise en scène, les décors sont bien choisis, la réalisation est terrible. Tout le monde a une énergie fabuleuse ».

UNE ÉCRITURE SOIGNÉE

L’une des qualités premières de Baron Noir est son scénario soigneusement écrit. Avant chaque saison, Eric Benzekri confie qu’il se replonge dans la Constitution afin de rentre le tout intelligible : « Il faut connaître les règles de la politique. On travaille sur la base d’intuitions et ensuite on va les vérifier. Donc on discute avec des juristes, des conseillers constitutionnels qu’on confronte avec nos hypothèses.  Quand j’ai vu Les Sauvages de Rebecca Zlotowski, j’étais content parce qu’il y avait cette histoire de conseil constitutionnel sur l’annulation potentielle de l’élection qui paraît tirée par les cheveux existe dans les textes. Et le fait qu’une autre fiction en parle, qu’un projet artistique corrobore le réel c’est génial ».

Le plus important dans cette saison était de mettre en lumière Rickwaert qui se détache peu à peu de son statut de Baron Noir tant sur le plan politique que sur le plan médiatique. Celui qui était dans l’ombre va être au premier plan et devra assumer les conséquences de ses actes. La course à la présidentielle est lancée et tous les candidats y croient à fond pour affronter Amélie Dorendeu (Anna Mouglalis). Si la série a toujours été crue, la saison 3 se révèle plus amère que cynique. L’angle fort de ces nouveaux épisodes de Baron Noir est un changement radical puisque la réalité politique a montré que tout était possible.

Jean Claude Lother / KWAI / CANAL+

Le souci de réalisme reste évidemment une priorité pour Eric Benzekri : « Politiquement, ce qui m’a intéressé c’est d’être vraiment au cœur de l’actualité mondiale, que ce soit le grand mouvement social sur la place des femmes dans la société ou la remise en cause de la démocratie représentative par la démocratie des réseaux sociaux depuis le surgissement de la prise de parole directe de milliards d’individus de façon libre, dont les politiques qui creusent leur propre tombe en twittant ».

UN TOURNAGE AMBITIEUX ET ECO RESPONSABLE

Pour cette saison, les équipes de tournage se sont tournées vers le vert en adoptant un comportement éco-responsable avec l’aide de Secoya, société pionnière dans le domaine de l’éco-tournage. Kad Merad constate qu’il y a « une véritable prise de conscience sur les tournages français avec des changements basiques mais efficaces comme des gourdes, des tris de poubelles ». Cela implique de repenser le modèle de production et d’adapter les préparations du tournage comme les jours de post-production.

Les équipes ont aussi eu des accès privilégiés à des lieux auparavant impensables. Elles ont pu tourner dans le palais de l’Élysée lorsque le président Macron était en vacances en août, notamment. Pour Eric Benzekri et Kad Merad, c’est le signe que Baron Noir a pris de l’ampleur et surtout que les politiques aiment la série : « Ça montre aussi que la série est parvenue à se faire accepter par le monde politique. On a plus de possibilités qu’avant ». Les équipes de tournage ont aussi pu faire des prises dans l’avion présidentiel pour des scènes stratégiques et un rendu encore plus réaliste.

La bande-annonce de la saison 3 de Baron Noir :