le 13e guerrier, Lone Ranger, Pluto Nash… 25 terribles flops au Box Office US


Quels sont les plus gros échecs au Box Office américain au regard de leurs budgets de production, parfois pharaoniques, et des pertes engendrées ? Réponse en 25 films.


Pluto Nash (2002)

Pluto Nash (2002)
+

Budget de production : 120 millions $
Recettes au Box Office US : 4,42 millions $
Recettes mondiales : 7,10 millions $
Pertes : 113 millions $

Lire la suite

© Warner Bros.

1/26

Si les recettes mondiales des films de cettes liste semblent à peu près couvrir -sur le papier- les frais engagés dans leurs budgets de production, cette perspective est évidemment toujours faussée par les budgets marketing, parfois équivalents aux films qu’ils doivent promouvoir. Mais aussi (surtout ?) par la pratique toujours douteuse, borderline mais néanmoins curieusement légale par les Majors de ce que l’on appelle le Hollywood Accounting

De quoi s’agit-il ? L’idée, c’est de gonfler le plus possible le montant des frais dits « généraux » d’un film, grâce à une société montée pour l’occasion, qui va absorber ces dépenses. Une somme qui est donc déduite des profits générés grâce aux recettes du film au Box Office.  Les Majors mettent le plus souvent sur pied une société pour chaque film qu’elles produisent. Comme n’importe quelle société, elle calcule ses profits en soustrayant les dépenses des revenus. Le studio charge alors cette société / entité avec d’énormes frais, qui couvrent / camouflent ainsi les revenus des films. D’un point de vue comptable, le film devient un « Money Loser », et n’a donc techniquement pas de profits à reverser… Tout est bon pour gonfler ces fameux frais généraux, que ce soit à la production, au marketing ou à la distribution.

Ca vous semble obscure ? Les exemples pour illustrer ne manquent pas… Car à Hollywood, on ne compte plus les victimes de ces pratiques, des acteurs aux scénaristes notamment, mais pas seulement. Nous en avions d’ailleurs longuement parlé dans un article de 2015, à relire ou découvrir ici. Nous citions l’exemple édifiant du film Harry Potter et l’Ordre du Phénix, sorti en 2007 et produit par Warner. Un film qui avait engrangé au Box Office mondial près de 940 millions de $, pour un budget de 150 millions environ. Très officiellement, le film était en fait… Déficitaire; de 167 millions de $ très exactement…

NOTA : sauf mention contraire, les chiffres sont donnés sous forme brut; ils ne tiennent pas compte de l’inflation.



Source link