Les 15 nouvelles gueules de méchants


Qui sont les nouveaux méchants d’Hollywood ? Les successeurs de Mark Strong ou Michael Ironside ? Découvrez notre sélection ! Des acteurs dont le grand public connait rarement le nom mais qui sont capables de vous filer la frousse en un instant…


Walton Goggins

Walton Goggins
+

Avec son gigantesque sourire ultra-bright et son air parfois ahuri, Walton Goggins peut autant croquer la comédie à pleine dent (et nous faire mourir de rire) que déchirer n’importe quel ennemi comme un vilain et dangereux psychopathe carnassier. Grand vilain d’Ant-Man et la Guêpe, Googins a été l’un des caméléons tueurs de Machete Kills et a séduit Quentin Tarantino à deux reprises. Le cinéaste l’a transformé en sadique esclavagiste dans Django Unchained avant d’en faire l’un de ses 8 Salopards. Mais là où l’ambiguïté de Goggins a le plus éclaté, c’est évidemment à la télé, dans The Shield, où il jouait le bras droit en roue libre du ripoux Vic Mackey, et dans Justified, où il était le fascinant « frenemy » du héros…

Lire la suite

© FX Networks

2/16

Sean Harris

Avec sa longue stature, ses traits taillés à la serpe et son regard en acier trempé, Sean Harris fait partie de ces comédiens qu’on n’oublie pas. Au cours de sa carrière, l’acteur britannique a beaucoup joué avec nos nerfs : monstre psychopathe du métro londonien dans Creep, Marine possédé par un démon dans Délivre-nous du mal, assassin certifié dans The Borgias, il est aussi l’ennemi d’Ethan Hunt dans la saga Mission Impossible (on le retrouve ainsi dans Fallout). Dans la minisérie Southcliffe (2013), c’était lui le tueur froid qui abattait quinze personnes dans une petite ville du Kent. Sean Harris ? Le parfait outsider dont il faut se méfier. 

Walton Goggins

Avec son gigantesque sourire ultra-bright et son air parfois ahuri, Walton Goggins peut autant croquer la comédie à pleine dent (et nous faire mourir de rire) que déchirer n’importe quel ennemi comme un vilain et dangereux psychopathe carnassier. Grand vilain d’Ant-Man et la Guêpe, Googins a été l’un des caméléons tueurs de Machete Kills et a séduit Quentin Tarantino à deux reprises. Le cinéaste l’a transformé en sadique esclavagiste dans Django Unchained avant d’en faire l’un de ses 8 Salopards. Mais là où l’ambiguïté de Goggins a le plus éclaté, c’est évidemment à la télé, dans The Shield, où il jouait le bras droit en roue libre du ripoux Vic Mackey, et dans Justified, où il était le fascinant « frenemy » du héros…

Glenn Fleshler

Impossible de ressortir indemne d’une rencontre avec Glenn Fleshler. A chacune de ses apparitions, cet imposant acteur, en ce moment avocat du « diable » dans Billions, vous fait frissonner dans votre siège, à chaque mouvement de sourcil ou à chaque sourire inquiétant. Pour preuve, son apparition dans Bienvenue à SuburbiconHannibal mais, surtout, bien évidemment dans True Detective.

Josh Helman

Depuis ses débuts dans The Pacific et Jack Reacher, Josh Helman a su montrer tout son potentiel de vilain. L’acteur australien, doté d’une gueule d’ange ET de méchant et qui sait bien naviguer entre les deux, est désormais connu pour avoir été la version jeune du super-vilain William Stryker dans la saga X-Men (on le voit dans Days of Future Past et Apocalypse) mais aussi pour avoir été l’effrayant Slit dans Mad Max Fury Road.

Stephen Graham

Révélé dans Snatch puis Gangs of New York, Stephen Graham a un visage aussi plein de bonhomie que de brutalité. Pas étonnant que ce spécialiste en accents à couper au couteau se soit retrouvé à jouer les méchants ou les gangsters. Dans This is England, il scindait le groupe de Skinheads en deux et faisait gicler le sang dans son rôle de sociopathe d’extrême-droite. Dans HHhH, il incarnait Himmler, le chef de la SS et criminel de guerre. Et dans Public Enemies et Boardwalk Empire, il était respectivement l’assassin Baby Face Nelson et le célèbre Al Capone. 

David Dastmalchian

Difficile de ne pas trouver David Dastmalchian troublant. Acolyte dérangé du tout aussi dérangé Joker de Heath Ledger dans The Dark Knight, l’acteur a aussi été l’un des horrifiants suspects de Jake Gyllenhaal dans Prisoners. A la télévision aussi, Dastmalchian est également choisi pour camper les vilains ou les psychopathes (comme dans Gotham ou MacGyver). 

Richard Cabral

Quiconque a déjà vu Richard Cabral s’infiltrer sur son écran se souvient certainement de l’instant d’inquiétude qui s’en est suivi. Armé de son sourire, il est la chaleur humaine incarnée mais lorsqu’il se munit de son regard un peu fou et de côté, on ne saurait dire de quoi il est capable. Ayant lui-même appartenu à un gang de Los Angeles et fait de la prison, Cabral est souvent cantonné aux vilains des gangs (End of Watch, Southland). Il sera d’ailleurs prochainement l’un des anti-héros de Mayans MC, le spin-off de Sons of Anarchy. American Crime est la série à avoir su le mieux explorer ses ambiguités, au cours de ses trois saisons d’effroi. 

Callan Mulvey

Drazic semble tout d’un coup bien loin. Avec les années mais, surtout, le terrible accident qui a failli lui coûter la vie, l’attachant bad boy d’Hartley est revenu sur le devant de la scène en 2012, avec un physique imposant et un visage changé. On a alors pu découvrir Callan Mulvey dans des registres beaucoup plus sombres et inquiétants, prêt à en découdre au sein de l’unité des forces spéciales US dans Zero Dark Thirty ou dans l’armée de 300: La naissance d’un empire. Vilain dans Captain America: Le soldat de l’hiver et Batman V Superman: L’aube de la justice, Mulvey a aussi été le cannibale de Power et fait trembler Topher Grace dans le film d’horreur Delirium… 

Ben Mendelsohn

Il l’avoue lui-même : il adore jouer les « bad guys ». En 2010, l’Australien campait déjà un criminel psychopathe dans Animal Kingdom avant de montrer toutes les nuances dont il était capable en explorant le rôle complexe de Danny, le frère gênant et troublant, véritable mouton noir de la série de Netflix, (20135). En quelques années seulement, Ben Mendelsohn a su tracer son chemin et devenir la figure du mal d’énormes blockbusters comme Rogue One ou Ready Player One. Et il ne compte pas s’arrêter là. Captain Marvel le fera encore plonger du côté obscur et il deviendra aussi le nouveau Shérif de Nottingham, l’ennemi de Robin des Bois.

Kevin Durand

Avec son physique extrêmement imposant, celui qui sévit sur les écrans depuis de longues années est de ceux dont on connait le visage mais pas le nom. Et surtout de ceux qui jouent très souvent les méchants. C’est bien simple dès qu’on voit Kevin Durand surgir à l’écran, on s’attend à quelque chose de pas net ou d’extrêmement moche. C’était le cas dans Lost, Fruitvale Station, 3:10 pour Yuma, LégionNuméro 4 ou encore Vikings

Robert LaSardo

Depuis de longues années, on le voit souvent à l’écran sans vraiment connaitre son nom. Qu’importe puisqu’il suffit de croiser une fois son regard pour se souvenir de Robert LaSardo pendant un long moment. Avec son éternel bouc, son crâne rasé et son corps recouvert de tatouages, LaSardo est abonné aux rôles de truands ou de membres de gang. Souvenez-vous, c’est lui qui a traumatisé les héros de Nip/Tuck dans le rôle d’Escobar, parrain de la mafia de Miami, et c’est également lui qui tua la femme d’Horatio dans Les Experts:Miami. En 2019, il sera à l’affiche du nouveau Clint Eastwood, The Mule. Tremblez.

Sam Spruell

Quand Sam Spruell joue les méchants, et c’est très souvent le cas, mieux vaut ne pas l’embêter très longtemps. Terrible antagoniste de Liam Neeson dans Taken 3, Spruell est habitué aux rôles de brutes et a notamment été un violent escroc dans London to Brighton et l’un des tortionnaires glaçants d’Elizabeth : l’âge d’or. On l’a également vu céder à tous les pires caprices de sa soeur, Charlize Theron, dans Blanche Neige et le Chasseur.

Peter Sarsgaard

Habitué aux rôles secondaires, Peter Sarsgaard vole souvent la vedette à tous les autres. Avec son regard aussi séduisant qu’un peu louche, il parvient sans problème à naviguer dans la pure ambiguité, flirtant avec une étrangeté parfois dérangeante et un côté sympathique qu’on se prend à mettre en doute. Parfaits ingrédients pour en faire l’un des visages de nouveaux méchants. Maitrisant parfaitement le double jeu face à Jodie Foster dans Flight Plan, il a été le monstre homophobe de Boys Don’t Cry, le mégalo cinglé aux yeux injectés de sang des 7 Mercenaires, le savant fou de Green Lantern ou encore le mari violent et abusif d’Amanda Seyfried dans Lovelace.

Ray McKinnon

Encore plus que son ami et acolyte, Walton Goggins, Ray McKinnon a de multiples facettes. Avec son physique un brin dégingandé, il est souvent appelé à jouer les rednecks du coin et peut autant vous filer la frousse en paternel austère (Mud) qu’en sadique manipulateur (Sons of Anarchy, Fear the Walking Dead). Mais, à côté de cela, il est aussi l’habile et sensible créateur du petit bijou de télévision qu’est Rectify. Si ça ce n’est pas un caméléon…

Jordi Molla

On serait à deux doigts de lui donner le bon dieu sans confession. A deux doigts seulement… Car s’il est ténébreux, l’acteur et réalisateur espagnol possède aussi un drôle de regard perçant et barré. Un côté « je ne suis pas là pour rigoler » qui lui a souvent donné l’opportunité de jouer les pires ordures, les dealers, mercenaires ou autres barons de la drogue. On en a eu l’exemple dans Bad Boys II, Knight and Day mais aussi dans Riddick (le troisième film de la franchise) ou encore Colombiana. Et dire qu’il a même failli être Khan, le méchant de Star Trek Into Darkness… 



Source link