Sicario : La guerre des cartels : pourquoi Stefano Sollima n’a pas fait appel à Denis Villeneuve



Stefano Sollima voulait être le seul maître à bord pour la suite de Sicario

Pas facile de passer après le réalisateur Denis Villeneuve qui transforme tout ce qu’il touche en or (Prisoners, Premier contact, Blade Runner 2049…). Surtout quand il s’agit de réaliser la suite de Sicario, film acclamé par la critique à sa sortie en 2015 et nommé trois fois aux Oscars. Il en faudrait moins pour impressionner certains. Mais pas Stefano Sollima. « Je n’étais pas du tout intimidé », a-t-il déclaré à Heat Vision. C’est donc dans la plus grande sérénité que le cinéaste italien a réalisé Sicario : La guerre des cartels, sorti en salles le 28 juin dernier.

Pour réaliser ce film, Stefano Sollima n’a pas voulu consulter Denis Villeneuve, pourtant à l’origine du premier Sicario. « Depuis mes deux séries télé, je suis souvent entouré de réalisateurs immensément talentueux. Je n’essaie jamais de leur donner de conseils, je me contente simplement de créer un environnement sain au sein duquel ils peuvent exprimer leur propre créativité.«   Stefano Sollima ne dit pas aux autres ce qu’ils doivent faire et entend qu’on fasse la même chose avec lui.


Un extrait tendu de Sicario : La Guerre des cartels

Villeneuve a affirmé avoir eu carte blanche pour réaliser la suite de Blade Runner, Ridley Scott surveillant le projet de loin. Denis Villeneuve, parti s’attaquer à une nouvelle version de Dune qui paraîtra en deux volets, a laissé Stefano Sollima seul aux commandes, se contentant de lui adresser un touchant message avant le début du tournage. C’est de bonne guerre.

Réaliser la suite de Sicario, sans Denis Villeneuve à la réalisation, sans Emily Blunt au casting (on vous explique pourquoi ici), le tout pour un premier long-métrage en anglais … Stefano Sollima n’aurait-il pas eu les yeux plus gros que le ventre ? Maintenant que le film est sorti, le réalisateur reconnaît le caractère ambitieux du projet : « Pour faire ce travail et bien le faire, il faut être un peu fou. » En tous cas, à notre avis, le pari est gagné : sans atteindre la splendeur du premier Sicario, La Guerre des cartels est tout à fait réussi.


Sicario, la guerre des cartels, un néo-western brutal et super efficace [Critique]





Source link